Pétition Nationale : Exigeons un « Arrêt Covid » pour tous les parents !

Lien de la pétition : https://www.fcpe.asso.fr/petition/exigeons-un-arret-covid-pour-tous-les-parents

Le Gouvernement ne veut pas prendre la décision. Il nous laisse le choix et nous demande de décider si nous voulons ou non envoyer nos enfants à l’école. Pour que le choix existe vraiment, il faudrait que la liberté de choisir existe vraiment.

Exigeons un « Arrêt Covid » pour tous les parents !

Drôle de façon de fêter ce 1er mai, le jour où tous les parents qui avaient posé un arrêt maladie pour s’occuper de leurs enfants se retrouvent… au chômage !

Nos chérubins sont sommés de rentrer en classe, et pour les y aider, on réduit encore un peu plus les revenus de leurs parents. Soyez prévenus : certes, vous aurez le choix de ne pas envoyer vos enfants à l’école, mais dans ce cas vous ne gagnerez plus que 70 % de votre salaire. Le passage obligé de l’arrêt pour garde d’enfant Covid-19 (90 % du brut pour les salariés) à celui du chômage partiel (70 % du brut pour les salariés)… une perte conséquente. Et, cerise sur le gâteau, à partir du 1er juin, il faudra en plus justifier de l’impossibilité pour l’école d’accueillir votre enfant ou produire un certificat médical pour prouver votre vulnérabilité, sinon, ce n’est plus 70 % de votre salaire que vous percevrez, mais… 0 %, donc rien !

Si l’école est l’un des postes les plus importants du budget national, c’est bien parce que tout un chacun participe de cet effort en payant des impôts, directs ou indirects. Tout un chacun, c’est aussi bien évidemment les parents. Qui, en échange de cette participation financière espéraient jusqu’à présent en la promesse, souvent non tenue, d’un avenir meilleur pour leur enfant et, à tout le moins, d’une instruction à peu près gratuite et très obligatoire. Puis, l’épidémie ravageant l’ensemble de nos pays, et en particulier le nôtre, il a été demandé de faire une pause. Les parents, soucieux de participer à l’effort de la Nation et de préserver la santé de leurs enfants, comme de la leur, ont dans un bel ensemble accepté de « faire la classe à la maison ». A juste titre sommées de rester chez elles, la plupart des familles ont joué le jeu, en lien avec des enseignants eux aussi pris au dépourvu d’un enseignement à distance pour lequel ils n’avaient jamais été ni équipés ni formés.

Le virus étant bien plus complexe que prévu, désormais nous savons qu’en attendant un vaccin nous devrons tous appliquer des gestes barrières et sanitaires. Las, ces règles de survie collective ne s’accommodent guère d’effectifs surchargés, de sanitaires vétustes, de personnels en sous-effectifs. Malgré tout, le gouvernement, obligé de remettre le plus grand nombre au travail, a organisé une rentrée peut-être trop précoce, sûrement désorganisée. Dans tous les cas, tous devront faire avec cette équation : il sera impossible d’accueillir en même temps tous les élèves et il sera possible pour les parents qui douteront de la sécurité de l’accueil proposé de poursuivre « l’école à la maison ».

Curieusement, ce même gouvernement vient de nous apprendre que la possibilité de garder un enfant chez soi serait soumise à l’impossibilité pour l’école de garder ce même enfant… Voilà. Autrement dit, quand vous avez plusieurs enfants, avec un peu de malchance, ils ne seront pas dans les mêmes « groupes de scolarisation » durant les mêmes semaines. Il vous faudra alors passer votre temps à demander aux établissements scolaires des attestations, toutes les semaines… Comme si les établissements, les employeurs et les parents, n’avaient rien d’autre à faire en cette période ! Comme si l’usage des pratiques harcelantes était la bonne idée du moment !

En clair, l’État a choisi d’inverser la faute : le parent doit justifier du bienfondé de son choix, alors même que l’Etat n’est pas en capacité d’assurer une rentrée dans de bonnes conditions…

Alors même que l’État n’est pas en capacité d’assurer une rentrée dans de bonnes conditions pour tous, nous demandons qu’une prise en charge financière, sans aucune perte de salaire, soit rétablie pour tous les parents qui souhaiteront ou devront s’occuper de leurs enfants jusqu’à ce que la situation sanitaire de notre pays permette un retour à l’école serein, humain et sécurisant.

Soutenez notre demande en signant notre pétition.

[Info] Atelier Cuisine Parent/enfant – Ado

Le Service Enfance Jeunesse Education & les associations de parents d’élèves vous proposent un atelier cuisine parents / enfant-ado le samedi 25 janvier, de 9h30 à 12h !

Le temps d’une matinée, parents et enfants vont pouvoir se rencontrer et échanger autour de la confection d’une galette des rois 👩‍🍳👨‍🍳👑.

➡️ Inscription avant le 17/01 : sejmauves@mauvessurloire.fr
❗️ Attention, places limitées. Ne tardez pas à vous inscrire !

FCPE Mauves : La semaine de 5 jours, pourquoi nous la défendons.

Ce n’est pas une nouveauté, nous sommes la seule liste qui défendons et défendrons la semaine des 5 jours. Les raisons sont multiples et en voici quelques unes :

  • pour le bien de nos enfants
  • pour permettre un apprentissage le meilleur possible.
  • Elle permet également aux enfants de ne pas subit une petite coupure au milieu de la semaine et engendrer une difficulté à reprendre le jeudi matin
  • Étaler les apprentissages sur 5 jours et ainsi ne pas surcharger la journée

Certains veulent essayer de faire croire qu’un jour de repos en milieu de semaine permet une meilleure récupération et que la semaine de 5 jours entraîne une fatigue excessive de nos enfants.

Tout cela est faux. Nos enfants ont besoin de stabilité dans leur apprentissage et chacun peut remarquer qu’un enfant est plus réceptif le matin. Alors bien sur, ce mercredi matin n’arrange pas certains parents et nous le comprenons. Certains aimeraient avoir la totalité du mercredi et nous le comprenons également.

Nous défendons la semaine de 5 jours en pensant uniquement à nos enfants et à leur bien être. Toutes les études sérieuses vont dans ce sens et sont très facilement consultables sur Internet. Vous trouverez ci dessous quelques références mais il y en a bien d’autres.

Rentrée 2019-2020

Cette année encore, la FCPE sera à vos côtés pour défendre un enseignement de qualité pour tous dans le respect des besoins des enfants, et pour vous représenter au conseil d’école.

Cette rentrée s’annonce riche en sujets importants :
Restructuration de la cantine scolaire annoncée par la mairie : comme promis en juin dernier, nous lançons une pétition pour que ces futurs travaux soient l’occasion d’abandonner le système actuel de liaison froide (avec notamment stockage et réchauffage des plats dans des barquettes plastiques), et de créer une vraie cuisine sur place, avec des produits frais : nous vous invitons à la signer nombreux à l’adresse : http://chng.it/Wtc6Ss4vJf ( adresse également disponible sur notre blog : https://fcpe-mauves.mld.ovh/petition/ )

• Rythmes de l’enfant : nous défendrons la semaine de 4 jours et demi, qui est la plus favorable à de bons apprentissages pour tous, grâce à 5 matinées d’école, au moment de la journée où les enfants sont les plus réceptifs, et grâce à un horaire matinal régulier.

Risque de fermeture d’une des 4 classes de maternelle : nous défendrons son maintien.

Nous vous invitons à une réunion de rentrée
Le 20 septembre 2019 à 18h00 .

Nous pourrons échanger sur tous les sujets relatifs à l’école et vous pourrez, si vous le souhaitez, rejoindre notre association.

Les parents d’élèves adhérents de la FCPE de Mauves

Information importante : restauration scolaire

Chers parents,

Les locaux actuels de la restauration scolaire malvienne ne sont plus adaptés au nombre croissant d’enfants accueillis et la mairie prévoit de nouveaux aménagements dans les prochaines années.

Deux réunions de concertation avec les 3 associations de parents d’élèves des 2 écoles ont eu lieu, en introduction desquelles l’élu municipal présent a déclaré que, par principe, et suite à une décision prise en début de mandature, il n’y aurait pas de cuisine sur place mais la poursuite d’un système de liaison froide : les plats sont préparés dans une cuisine industrielle distante, refroidis, transportés vers Mauves où ils sont réchauffés avant d’être servis.

Tous les représentants des parents d’élèves présents ont manifesté leur souhait qu’au contraire, la restructuration soit l’occasion d’envisager une cuisine sur place, plus intéressante en terme de goût (des plats fraîchement préparés au lieu de plats réchauffés) et de bilan énergétique (moins de transport de produits, fin du chauffage-refroidissement-réchauffage).

Cela permettrait, de plus, d’en finir avec l’actuel stockage et réchauffage des plats dans des barquettes plastiques, pratique à risque pour la santé de nos enfants et génératrice de grandes quantités de déchets plastiques.

Outre leur coût écologique, l’usage du plastique et les transports seront probablement davantage taxés dans les années à venir, ce qui augmentera le coût du système actuel.
La gestion de la cantine pourrait, ou non, être confiée à une entreprise ou à une association compétente.

Le représentant de la municipalité a maintenu sa position de principe malgré l’opposition unanime des parents.

De nombreux exemples de réalisations pratiques montrent pourtant qu’un projet de cuisine sur place avec des produits frais est réaliste et ne génère pas de surcoût à long terme. C’est notamment le cas dans la commune voisine du Cellier.

Nous pensons donc que le projet municipal doit être revu et vous informons de notre intention de lancer une pétition à la rentrée.

Nous vous souhaitons de bonnes vacances et comptons sur votre mobilisation dès la rentrée.

FCPE44 vous appelle à la mobilisation le 10 mai !

Mobilisation contre la loi Blanquer (loi dite « de la confiance »)

Le Conseil d’Administration nouvellement élu de la FCPE 44 appelle tous ses Conseils Locaux à se joindre à une journée de mobilisation forte pour lutter contre la loi Blanquer et les risques qu’elle fait courir à l’ École de la République.

Pour ce faire, nous vous invitons toutes et tous à mener des actions fortes auprès de vos écoles,

Le 10 mai 2019 de 8h30 (ouverture) jusqu’à 9h30.

Pour information et/ou rappel, la commission de la Culture et de l’Education du Sénat vient de rejeter unanimement l’article 6 quarter de la loi Blanquer. C’est cet article qui instituait la création des EPSF (regroupement écoles collège).

Si le Sénat suit les recommandations de la commission, le texte sera donc significativement modifié et devra repasser devant les Députés.

C’est une bonne nouvelle car cela signifie que la mobilisation a porté ses fruits.

Pour autant, rien n’est encore acquis, les discussions au Sénat vont débuter le 13 mai prochain et le vote solennel aura lieu le 21 mai. Par ailleurs, il reste un nombre non négligeable de points sur lesquels nous devons nous battre et notamment celui sur la scolarité obligatoire dès 3 ans.

Il apparaît donc nécessaire et important de renforcer notre mobilisation et notre visibilité
dans les jours et semaines à venir…

La confiance ne se décrète pas, elle se construit !